Une semaine dans la région de Murcie pour la mobilité du personnel du consortium Mov’Europe

Erasmus + c’est aussi pour les grands !

Le lundi 14 octobre, c’est un groupe de 16 personnes plutôt habituées à se retrouver en réunion à la Maison de l’Europe qu’une valise à la main qui se rejoint en Gare du Mans, direction l’aéroport, puis pendant 5 jours, la région de Murcie, au sud-est de l’Espagne.

Chaque établissement impliqué dans le consortium depuis sa création début 2017 a désigné 1 à 3 personnes pour partir elles aussi en mobilité, car avec le programme Erasmus+, ça n’est pas réservé qu’aux « jeunes », et les enseignants ou personnels administratifs sont également invités à aller développer leurs compétences grâce à la mobilité européenne.

Les objectifs de cette expérience sont multiples, il s’agit bien entendu de permettre déjà aux personnes impliquées de vivre une mobilité Erasmus+ car ce sont eux qui accompagneront les élèves et leurs collègues sur le projet Mov’Europe pour les deux années à venir.

Pour la première journée, nous avons été accueillis par le lycée « Instituto de Educacion Secundaria Villa Abaran », un établissement scolaire collège-lycée, qui propose de l’enseignement professionnel et participe chaque année à plusieurs projets Erasmus+. Après une présentation de l’établissement, de ses projets Erasmus+, et la participation à 3 classes différentes pour comprendre le système scolaire espagnol et découvrir de nouvelles méthodes pédagogique et d’enseignement, nous avons terminé la journée par la visite de Murcie.

Le lycée IES d’Abaran a organisé pour notre groupe la visite de deux établissements scolaires supplémentaires, de deux entreprises locales accueillants des stagiaires et d’un vignoble, dont le restaurant pourrait être un partenaire de futurs projets.

Le consortium a ainsi pu découvrir différents projets Erasmus+ menés par les établissements, ainsi que les stratégies d’européanisation mises en place pour intégrer pleinement l’éducation à l’Europe et la mobilité européenne dans le cursus scolaire de chacun des jeunes. Dans un des lycées, les élèves partent en stages Erasmus+ de trois mois dans ce qui est l’équivalent de notre bac pro, pourquoi pas à notre tour tendre vers des mobilités plus longues ? Des bonnes pratiques en communication ou sur la sélection des élèves à réintégrer dans notre manière de faire, et l’enthousiasme des élèves comme des équipes sur le programme Erasmus+ sont autant de choses que nous retiendrons et sur lesquelles nous allons travailler ces prochains mois.

Le témoignage d’une entreprise-centre de formation qui accueille des stagiaires a permis d’entendre un point de vue qui peut nous aider à motiver les jeunes et leurs maîtres de stages qu’une mobilité européenne est une expérience à ne pas laisser passer.

Les membres du consortium ont pu découvrir la diversité des projets Erasmus+, et expérimenter une mobilité de groupe, qui a renforcé les liens du consortium en leur permettant de travailler ensemble en dehors du cadre habituel, ce qui conforte la dynamique du projet Mov’Europe.

C’est avec des idées plein la tête à l’issue des nombreux échanges avec différents personnels des établissements nous ayant accueillis, des envies de projets, et même déjà des contacts pris pour de futurs partenariats que le groupe est rentré en France après une semaine intense et enrichissante.

Article publié le 25/10/2019