L’Union européenne soutient « ARGOS » grâce au FSE

L’Europe, levier d’insertion sociale

Argos, société à responsabilité limitée (SARL) présente sur le territoire sarthois depuis 2006, bénéficie du soutien financier de l’Union européenne via le Fonds Social Européen (FSE) pour soutenir ses activités d’accompagnement des personnes dans leur projet professionnel. Le fait qu’une société bénéficie de fonds européens est un cas singulier en Pays de la Loire.

Argos intervient auprès des salariés dans le cadre de la formation continue et pour les demandeurs d’emploi dans le champ de l’insertion socio-professionnelle. Dans la mise en œuvre de ces actions, Argos travaille en collaboration avec le Conseil départemental de la Sarthe depuis 2006, ainsi qu’avec Le Mans Métropole par le biais du Plan local d’insertion (PLIE) depuis 2017.

Argos mène quatre actions au niveau du département dans le cadre d’appels à projets triennaux : la mise à disposition d’une plateforme d’évaluation pour l’insertion dans l’emploi, l’usage d’Internet dans la vie quotidienne et professionnelle, l’accompagnement professionnel individualisé, ainsi que l’aide au retour/maintien à l’emploi.

Pour répondre aux besoins de Le Mans Métropole, Argos travaille au développement d’une plateforme numérique et accompagne au travail de l’image professionnelle.


Argos au cœur du dispositif « le numérique pour tous »

Thierry Vende, conseiller en insertion professionnelle d’Argos

La maîtrise des outils numériques est aujourd’hui un prérequis pour l’accès à l’emploi. C’est pour cela qu’Argos accompagne les personnes à la transition numérique, tant dans leur vie quotidienne que professionnelle.

« Il faut savoir que nous recevons des personnes qui sont dans une situation où elles n’ont jamais eu accès à un outil informatique. L’objectif est de les amener à la prise en main d’un clavier, d’une souris, de l’ordinateur et d’Internet », explique Thierry Vende, conseiller en insertion professionnelle d’Argos.

Afin de pouvoir suivre cette formation, certaines conditions sont toutefois requises (notamment d’accepter le travail de groupe et de s’engager dans la durée).

Argos propose ainsi deux modules différents : le levier numérique et le talent numérique. Le premier atelier s’adresse à des personnes ayant peu ou pas de pratique ni d’accès régulier à l’outil numérique. L’action doit ainsi leur apporter un socle commun de connaissances afin de permettre une utilisation en autonomie des outils numériques (utilisation d’une boite email, usage professionnel d’un espace emploi, curriculum vitae et lettre de motivation numérique, etc). Le second dispositif s’adresse quant à lui à des personnes ayant une pratique, un goût ou un talent pour le numérique. L’action doit leur permettre d’évaluer pendant l’accompagnement la faisabilité d’un projet professionnel vers les métiers du numérique et d’en poser les premières étapes.

Dans ces ateliers numériques, les personnes participantes doivent notamment mettre à jour et alimenter le site internet d’Argos spécifiquement consacré à l’emploi, conçu comme un véritable document de travail qui répertorie fiches métiers et formations disponibles, avec, le plus souvent, les coordonnées des personnes référentes.

« L’idée est de faire pratiquer les personnes. L’objectif de ce site internet est que ces personnes produisent elles-même le fond, de la recherche des informations à la rédaction finale du contenu en ligne, avec une méthodologie précise. »

Diagramme de barres représentant le nombre d’entrées v/ sorties des personnes participantes aux différents ateliers numériques proposés par Argos


L’Union européenne, partenaire financier régulier d’Argos

L’Union européenne soutient quatre des huit actions développées par Argos. Pour l’année 2017, Argos a ainsi reçu une enveloppe globale de 160 000 euros du FSE.

Maïwenn Thourault, coordinatrice d’Argos

« Il y a 20 ans, on ne sollicitait pas le Fonds Social Européen. Aujourd’hui, on sent que pour accompagner les personnes, on a besoin de ces crédits-là, sans quoi, nous ne pourrions pas mettre en œuvre toutes nos actions et accompagnements afin de maintenir le lien social que les élus souhaitent maintenir. Le FSE nous permet de développer nos activités et de travailler avec les personnes de façon pragmatique et pratico-pratique », souligne Maïwenn Thourault, coordinatrice d’Argos.

Chaque année, Argos accompagne près de 1000 parcours dont, à minima, 550 bénéficiaires dont les actions sont financées par le FSE. La gestion administrative du FSE qui peut paraître dense au quotidien, Argos a su en tirer profit, notamment dans l’évaluation des divers projets menés.

« Le FSE nous change la donne dans nos métiers. Son exigence administrative donne du sens à nos actions. Le FSE demande une évaluation précise de ce que l’on va faire, comment le faire, comment cela va être décliné, quelle valeur ajoutée au dossier et quels résultats escomptés. Cela permet de professionnaliser certaines démarches, nos métiers et de donner un cadre. Même s’il n’est parfois pas évident pour nous de prévoir », conclut Maïwenn Thourault.

Article publié le 02/05/2018