Les bus à hydrogène arrivent au Mans

Rendre l’UE climatiquement neutre d’ici 2050

Pour parvenir à la neutralité climatique à l’horizon 2050, l’Europe doit transformer son système énergétique, qui représente 75 % des émissions de gaz à effet de serre. L’hydrogène fait partie des solutions d’avenir qui sera massivement développée sur le continent. La métropole du Mans emboîte déjà le pas.

Le hasard du calendrier fait parfois bien les choses… Le mercredi 16 septembre 2020 deux événements se sont tenus à 530 km de distance.

Le premier s’est tenu au niveau européen. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, tenait son discours pour l’état de l’Union. Ce discours très important est aussi ce que l’on peut appeler un discours de politique générale qui guidera les actions et objectifs des Etats membres à atteindre pour les mois et les années à venir. Sur le plan de la préservation de l’environnement, la présidente a de nouveau affirmé son souhait de faire de l’UE le premier continent climatiquement neutre en 2050. Pour cela, la réduction des gaz à effet de serre devra passer à 55% d’ici 2030 (au lieu de 40% comme prévu initialement).

Pour parvenir à cet objectif, la Commission européenne met les moyens financiers. « Nous fixerons un objectif consistant à lever 30% des 750 milliards d’euros de NextGenerationEU au moyen d’obligations vertes. NextGenerationEU devra investir dans des projets européens phares ayant le plus grand impact : l’hydrogène, la rénovation et la création d’1 million de bornes de recharges électriques » a déclaré Ursula von der Leyen.

L’hydrogène est donc une énergie d’avenir au regard de la Commission. Dans un système énergétique intégré, l’hydrogène peut soutenir la décarbonisation dans les secteurs de l’industrie, des transports, de la production d’électricité et de la construction. « Permettez moi de vous expliquer comment cela pourrait fonctionner : il y a deux semaines en Suède, a débuté la phase d’essai d’un projet pilote unique de production d’acier sans énergie fossile. De l’hydrogène y sera utilisé à la place du charbon pour produire de l’acier propre. Cela montre le potentiel de l’hydrogène pour soutenir notre industrie au moyen d’une nouvelle licence d’exploitation propre. je veux que NextGenerationEU crée de nouvelles vallées européennes de l’hydrogène pour moderniser nos industries, alimenter nos véhicules et redonner une nouvelle vie aux zones rurales. »

Le Mans parmi les villes précurseurs

Le deuxième événement s’est tenu au Mans, le 16 septembre également avec la mise en service du premier bus à hydrogène. Stéphane Le Foll, maire du Mans a expliqué à la presse : « J’ai pris l’engagement d’investir massivement dans un grand plan hydrogène. Notre collectivité se mobilise dès maintenant et devient un acteur précurseur dans le grand ouest en terme d’innovation énergétique ». Au total, ce sont 10 bus articulés à hydrogène qui sillonneront l’agglomération dans les 3 prochaines années.

Mais la ville ne s’arrête pas là, puisque 6 bennes à ordures ont aussi été commandées afin d’intégrer la gestion des déchets dans cette stratégie. Les moteurs à hydrogène n’émettent localement qu’un peu de vapeur d’eau, aucun gaz à effet de serre, ni polluants (particules fines, NOx, …) et sont particulièrement silencieux. L’hydrogène serait donc une énergie « coup double » qui permet de réduire la pollution atmosphérique et les nuisances sonores en ville.

Enfin, la métropole ambitionne de produire elle-même cette nouvelle énergie avec, d’ici 3 ans, la mise en service d’une station à hydrogène. Ces investissements représentent un coût de 21 millions d’euros subventionnés par les principaux acteurs de la décarbonisation en Europe.

Article publié le 18/09/2020