20 juillet 2017

L’UE, l’emploi, la croissance et l’investissement

La grande priorité de la Commission européenne est de remettre l’Europe sur les rails de la croissance et de créer de l’emploi sans alourdir la dette. Depuis le début de la crise économique et financière mondiale, l’Union européenne (UE) souffre d’un faible niveau d’investissement et d’un taux de chômage élevé.

Pour résoudre ce problème, la Commission a lancé, conjointement avec la Banque européenne d’investissement, le plan d’investissement pour l’Europe. Un Fonds européen pour les investissements stratégiques a été créé en 2015, doté d’une enveloppe initiale de 21 milliards d’euros par l’UE. Cette valeur augmentera par un effet de levier qui, grâce à l’attraction d’investisseurs privés et publics, générera plus de 315 milliards d’euros d’investissements sur trois ans. En seulement un an, il est prévu que le plan mobilise plus de 138 milliards d’euros de nouveaux investissements issus de toute l’UE, aussi bien de grandes sociétés employant des centaines de personnes que de petites et moyennes entreprises locales à la recherche de capitaux pour développer leurs idées. Au vu du succès jusqu’ici rencontré par le plan, la Commission souhaite multiplier le fonds par deux. Elle a ainsi proposé de revoir les objectifs à la hausse, c’est-à-dire d’atteindre au moins 500 milliards d’euros d’investissements d’ici à 2020, avec l’ambition de parvenir à 630 milliards d’euros, le double de l’objectif initial, d’ici à 2022 au plus tard.

Pourquoi un plan d’investissement pour l’Europe est nécessaire

Depuis le début de la crise économique et financière mondiale, l’UE souffre d’un faible niveau d’investissement et d’un taux de chômage élevé.

À court terme, un niveau d’investissement bas affaiblit la croissance économique parce qu’il se traduit par une diminution de l’activité économique. À long terme, il nuit à la compétitivité et au potentiel de développement de l’économie. Le niveau d’investissement annuel compte, à l’heure actuelle, 300 milliards d’euros de moins qu’auparavant. Cette chute a fortement pesé sur la croissance et l’emploi pendant plusieurs années. La faiblesse des investissements explique encore en partie pourquoi la reprise économique européenne reste timide.

Même si des fonds sont disponibles, les investissements sont encore modestes en raison du manque de confiance des investisseurs. Ces derniers prévoient que la croissance à court terme reste mitigée, en particulier à cause de l’incertitude qui règne autour de l’évolution de la situation politique et économique à l’intérieur comme à l’extérieur de l’UE. Certaines des économies européennes affichent une lourde dette publique et privée. L’obtention de prêts ou de subventions est encore difficile dans certains pays, en particulier pour les petites et moyennes entreprises. Les pouvoirs publics ont diminué leurs investissements à cause d’une dette publique élevée, qui est passée de 60 % du produit intérieur brut (PIB) en moyenne dans l’UE en 2008 à 90 % environ en 2015. C’est la raison pour laquelle l’UE avait besoin de coordonner ses efforts pour stimuler les investissements et guider l’Europe vers la création d’emplois durables et une croissance solide. C’est par le plan d’investissement pour l’Europe qu’elle a relevé le défi.


Ce que fait l’Union européenne

La stratégie générale de la Commission se fonde sur trois éléments: relancer l’investissement, réformer le marché et mettre en place des politiques fiscales responsables pour éviter une dette publique excessive. Le plan d’investissement pour l’Europe est le coeur de cette stratégie. Il vise à éliminer les obstacles à l’investissement, à apporter de la visibilité et une assistance technique pour les projets d’investissement et à optimiser l’utilisation des ressources financières, qu’elles soient nouvelles ou existantes.

La Commission, conjointement avec la Banque européenne d’investissement, a lancé le plan d’investissement pour l’Europe. Un Fonds européen pour les investissements stratégiques a été créé en 2015, doté d’une enveloppe initiale de 21 milliards d’euros par l’UE. Cette valeur augmentera par un effet de levier qui, grâce à l’attraction d’investisseurs privés et publics, générera plus de 315 milliards d’euros d’investissements sur trois ans.

Comment les fonds européens fonctionnent-t-ils ?

Le fonds fournit des garanties visant à soutenir des projets financés par la Banque européenne d’investissement. Il est axé sur les entreprises d’infrastructure, d’innovation, et les petites entreprises.

Grâce à cette garantie, le fonds permet à la Banque européenne d’investissement d’investir dans davantage de projets présentant parfois un profil de risque plus élevé, et de le faire plus rapidement qu’en l’absence de garanties. Il est bien parti pour mobiliser, comme escompté, au moins 315 milliards d’euros d’investissements supplémentaires dans l’économie réelle d’ici au milieu de l’année 2018. Il fonctionne déjà dans 27 États membres et devrait générer plus de 138 milliards d’euros d’investissements d’après les financements approuvés jusqu’à présent (octobre 2016). Les petites entreprises en ont particulièrement bénéficié.

En octobre 2016, 134 projets d’infrastructure représentant 17,4 milliards d’euros de financements avaient été approuvés dans le cadre du fonds. En outre, plus de 220 conventions de financement, soit l’équivalent de 7,5 milliards d’euros, ont été approuvées pour de petites entreprises. À terme, ce sont presque 290 000 petites entreprises qui devraient bénéficier de ces financements. Les promoteurs de projets peuvent déposer une demande de financement auprès de la Banque européenne d’investissement. Les petites structures peuvent, quant à elles, déposer leur demande en passant par les intermédiaires financiers au niveau local.

Parmi les nombreux exemples de bons projets, citons le Gingko Fund 2, qui a pour objectif d’assainir des sites industriels pollués et de les transformer en habitations ou en bureaux. Ginkgo devrait créer environ 5 000 logements et 8 500 emplois en Belgique et en France. L’activité de décontamination menée par Gingko est capitale pour l’avenir des villes européennes, qui comptent 3,5 millions d’anciens sites industriels laissés en friche. Le financement que la Banque européenne d’investissement a apporté à ce projet par l’intermédiaire du fonds s’élève à 30 millions d’euros. Ce soutien a attiré les investisseurs privés, qui ont ainsi contribué à couvrir le coût total du projet de 120 millions d’euros.

La liste des projets au titre du fonds est consultable en ligne.

Le plan d’investissement n’englobe pas seulement les financements; il comprend aussi des outils mis au point par l’UE visant à aider les projets d’investissement à profiter à l’économie réelle.

La plateforme européenne de conseil en investissement a été lancée en septembre 2015 pour fournir une aide administrative et technique aux promoteurs de projets dans toute l’Europe. Les promoteurs de projets, les autorités publiques et les sociétés privées peuvent bénéficier d’un soutien technique pour les aider à mettre leur projet sur pied et les préparer à recevoir les investissements. Ils peuvent obtenir des conseils sur des sources de financement appropriées et avoir accès à une variété exceptionnelle de compétences techniques et financières.

Afin de donner aux investisseurs plus de visibilité sur les opportunités d’investissement qui existent dans l’UE, la Commission a lancé le portail européen de projets d’investissement, en ligne depuis le 1er juin 2016. Les promoteurs peuvent présenter leurs projets sur cette plateforme, qui en fera des opportunités d’investissement visibles. Il s’agit d’une sorte de service de mise en relation.