14 juin 2017

La Vrrroumanie – dernier épisode

Pour finir en douceur et avec une belle bande sonore cette série sur la Roumanie, on s’embarque pour Cluj-Napoca, cette ville étudiante dont la vie culturelle effervescente semble avoir contaminé les alentours, à savoir le village de Bonțida. Vers la mi-juillet, quand presque tout dans la ville crie vacances, certains font des voyages, d’autres travaillent, et d’autres, de plus en plus nombreux chaque année, se rendent au royaume de la musique : au Electric Castle.

Ce jeune festival de musique a lieu tous les étés, depuis 2013, au château de Bánffy dans le village de Bonțida, dans le département de Cluj. Son nom, Electric Castle, est révélateur, en effet, mais sur scène – ou plutôt sur les scènes du festival – se produisent, à part les groupes de musique électronique, des artistes rock, reggae, hip-hop, indie, drum & bass, metal et indie rock.

Avant de nous pencher sur le festival en soi, attardons-nous sur l’histoire de cette résidence d’été de la musique, que certains appelaient, avec nostalgie, « le Versailles de Transylvanie ».  Bâti au 16ème siècle par la famille noble Bánffy, ce complexe architectural se trouve au carrefour de plusieurs styles : renaissance, baroque, néoclassique, romantique. Le château fut gravement abîmé lors de la retraite des troupes allemandes à la fin de la seconde guerre mondiale, puis il alla de mal en pis, car il a été laissé à l’abandon pendant le régime communiste. A présent, on essaye de lui redonner la beauté d’autrefois et de le transformer en centre culturel. Ainsi, une partie des recettes du festival prennent le chemin de la restauration.

 

Dès sa première édition, en 2013, le festival est nominé chaque année au European Festival Awards, dans la catégorie des festivals de moyenne dimension. Ces trophées EFA sont octroyés aux meilleurs festivals européens et à leurs organisateurs pour leur contribution importante dans la société. Entre centaines de festivals de dizaines de pays européens, Electric Castle se fraye toujours un chemin en finale, ainsi se trouve-t-il parmi les 10 premiers festivals de musique dans la catégorie des festivals de moyenne dimension.

La première édition a rassemblé 32 000 festivaliers pendant 3 jours. Vu l’engouement pour ce festival émergeant, les organisateurs ont prolongé sa durée et ont aménagé une scène de plus. Le résultat, lors de l’édition suivante, 79 000 mélomanes ont chanté et dansé jusqu’à l’aube dans la cour du château. Et puisque la direction est maintenant clairement ascendante, le festival a rassemblé 97 000 festivaliers lors de l’édition de 2015, malgré la pluie presque incessante. Les bottes et les capes de pluie n’ont pas empêché la danse, au contraire !

L’édition la plus récente du festival a eu lieu en juillet 2016 et a été l’occasion de rencontre, de danse et de magie pour plus de 120 000 personnes. Si la pluie a été de nouveau au rendez-vous lors du festival, les mélomanes n’en ont pas eu peur, ils l’ont contournée en dansant.

 

Le festival en quelques points : une excellente programmation musicale, un domaine et des alentours au charme discret, le contraste entre la musique d’une “nouvelle génération” et les “anciennes générations” de Bonțida. Ajoutez à cela des scènes pour tous les goûts, des coins pour tous les festivaliers, une piscine pour se rafraîchir, des hamacs où paresser jusqu’à la montée sur scène de votre artiste préféré et vous obtiendrez la recette d’un festival que l’on ne peut qu’apprécier.

Depuis 2013, le château de Bánffy est un lieu de rendez-vous pour la musique, la technologie, le patrimoine et la culture alternative. Les organisateurs du festival se sont proposé d’organiser un événement contemporain dans cet endroit riche en histoire. Défi réussi à merveille. On leur dit chapeau bas, en leur souhaitant de continuer à faire vibrer le domaine de Bánffy grâce à la musique !

Source photos : https://www.musicfestivalwizard.com/100-nights-of-summer-the-scene-romanias-electric-castle/