Retour sur les 10 priorités Juncker – Migration

Focus sur la politique migratoire de l’Union européenne

La Commission Juncker s’est fixée, durant son mandat de 5 ans (2014-2019), dix priorités pour l’Union européenne et ses citoyens.

« Les migrations font partie de l’histoire de l’humanité. Aujourd’hui, les populations qui tentent de gagner les rivages de l’Europe le font pour différentes raisons et par différents moyens. Elles cherchent à emprunter des voies légales, mais elles sont également prêtes à risquer leur vie pour échapper à l’oppression politique, à la guerre et à la pauvreté, ainsi que pour accéder au regroupement familial, à la création d’entreprise, aux connaissances et à l’éducation. »

Communication de la Commission au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen et au Comité des régions, Un agenda européen en matière de migration, 13 mai 2015

L’Union européenne fait face depuis quelques années à une crise migratoire sans précédent. La Commission estime que pour y répondre, l’action ne peut être qu’européenne, collégiale et solidaire. C’est de ces diverses tragédies vécues par des milliers de migrants qui mettent leur vie en péril pour traverser la Méditerranée que l’Union a progressivement développé et consolidé sa politique migratoire. C’est la raison pour laquelle, la Commission Juncker a fait de la politique migratoire, une priorité. Dans ses orientations politiques du 15 juillet 2014, Jean-Claude Juncker avait d’ailleurs déclaré : « Les événements tragiques survenus récemment en Méditerranée nous ont montré que l’Europe a besoin de mieux gérer les migrations, dans tous leurs aspects. Il s’agit avant tout d’un impératif humanitaire. Je suis convaincu que nous devons travailler en étroite collaboration, dans un esprit de solidarité. »

Dans la mise en oeuvre de cette priorité, la Commission Juncker a notamment mis en place un agenda européen en matière de migration qui définit « une réponse européenne, combine les politiques intérieures et extérieures en tirant le meilleur parti des agences et des instruments de l’Union, et faisant participer tous les acteurs: pays et institutions de l’Union, organisations internationales, société civile, autorités locales et partenaires nationaux en dehors de l’Union. »

L’agenda européen en matière de migration proposé par la Commission européenne se décline en quatre domaines d’action principaux :

  • Réduire les incitations à la migration irrégulière (enquêter sur les réseaux de trafiquants, les déjouer et les poursuivre),
  • Sauver des vies et assurer la sécurité des frontières extérieures (gestion rigoureuse, partagée et intégrée des frontières extérieures),
  • Une politique commune solide en matière d’asile (achever la réforme du régime d’asile européen commun),
  • Une nouvelle politique de migration légale (faire en sorte que l’Europe reste une destination attrayante pour les migrants dans un contexte de déclin-démographique).

Dans le document de travail qui reprend le discours sur l’Etat de l’Union de Jean-Claude Juncker du 13 septembre 2017, il est notamment fait état que près de trois millions de personnes ont demandé à bénéficier d’une protection au sein de l’Union européenne depuis le début de la crise migratoire. De plus, en 2016, les Etats membres de l’Union ont réinstallé ou accordé l’asile à plus de 720 000 réfugiés.


Le corps européen de garde-frontières et de garde-côtes comme instrument régulateur de la politique migratoire

Il convient ici d’évoquer le règlement européen 2016/1624 du Parlement européen et du Conseil du 14 septembre 2016 relatif au corps européen de garde-frontières et de garde-côtes. 

Ce règlement a été adopté sur la base de la compétence partagée dont dispose l’Union en matière d’espace de liberté, de sécurité et de justice en vertu de l’article 4§2 j) du Traité sur le Fonctionnement de l’Union européenne (TFUE). Le règlement 2016/1624 a pour objet de mettre en œuvre un véritable corps européen de garde-frontières et de garde-côtes et ainsi passer d’une simple coopération opérationnelle à une réelle gestion intégrée des frontières. L’Agence européenne compétente est alors renommée « Agence européenne des garde-frontières et des garde-côtes » mais sera toujours appelée communément Frontex. 

Cette nouvelle agence succède à l’ancienne agence Frontex et sera alors chargée du contrôle des frontières extérieures de l’espace Schengen, sauf celles du Danemark. La question se pose pour celles de Gibraltar. Le Royaume-Uni et l’Irlande n’étant pas membres de l’espace Schengen, leurs frontières extérieures ne sont pas couvertes par ce contrôle. Pour lui garantir une certaine autonomie, la nouvelle Agence bénéficie de la personnalité juridique, d’un budget propre et pour la première fois d’une réserve de réaction rapide.


Points d’actu :

Dans un Communiqué de presse daté du 16 mai 2018, la Commission européenne présente un rapport sur les progrès réalisés dans le cadre de l’agenda européen en matière de migration ainsi que sur la feuille de route de la Commission de décembre 2017, et définit les nouvelles actions clés devant être engagées.

A ce titre, M. Frans Timmermans, premier vice-président de la Commission européenne, a fait la déclaration suivante: «Ce rapport confirme qu’on ne peut gérer la migration que d’une manière globale, au moyen de mesures se renforçant mutuellement fondées sur la responsabilité et la solidarité. La réforme du régime d’asile européen commun est un volet essentiel de cette approche et, forte de son budget à long terme, l’UE sera prête pour faire face à toute crise migratoire future. Cette réforme ne pouvant attendre, j’espère que le Conseil européen pourra parvenir à un accord en juin.»

M. Dimitris Avramopoulos, commissaire pour la migration, les affaires intérieures et la citoyenneté, s’est aussi exprimé en ces termes: «Ces dernières années, des progrès importants ont été accomplis tant au sein de l’UE qu’avec nos pays partenaires. Toutefois, la situation reste précaire et notre action est loin d’être terminée. C’est pourquoi j’invite les États membres à mettre d’urgence des garde-frontières et des équipements à la disposition du corps européen de garde-frontières et de garde-côtes, mais aussi à donner suite à leur engagement de parvenir à un accord sur la réforme du régime d’asile en juin. La réalité nous rappelle, une fois de plus, que n’avons absolument pas de temps à perdre.»

Pour retrouver l’intégralité de ce rapport, et notamment les arrivées le long des trois principales routes migratoires au cours des premiers mois de 2018, veuillez cliquer ici.

Vous trouverez présentée, dans la vidéo ci-dessous, la situation migratoire pour avril 2018 au sein de l’Union européenne :

Article publié le 30/05/2018