Découvrir la Lettonie grâce au SVE

« C’est la première fois que je pars aussi loin toute seule »

Le 7 septembre 2017, la Mancelle Aubrée Monteil débutera un volontariat européen de 10 mois. Ce dispositif organisé par l’Union européenne qui lui permet de partir à l’étranger (et qui couvre la majeure partie de ses dépenses) est le Service Volontaire Européen.

Le drapeau letton entre les mains, Aubrée concède ne pas encore très bien connaître cet Etat membre de l’Union européenne. Pour autant ses nombreuses recherches préparatoires lui donnent une première image du pays dans lequel elle s’apprête à s’envoler pour un an. Située entre l’Estonie et la Lituanie, « la Lettonie est un ex pays de l’URSS et du bloc soviétique* […] visiblement les traditions y sont encore fortement vivantes. Les musiques et les danses folkloriques me semblent très présentes dans leur culture ».

En partance pour un Service volontaire européen (SVE) de douze mois, voilà qu’elle s’apprête à effectuer son plus grand voyage alors qu’elle n’a que 21 ans. « Je n’ai jamais voyagé aussi longtemps, les seules opportunités de voyage que j’ai eu plus jeune étaient de courts séjours avec ma classe ou entre amis. Je ne suis jamais partie toute seule pour autant de temps ». Dans la ville de Rezekne, Aubrée travaillera dans un centre culturel où les jeunes enfants et les jeunes adultes peuvent participer à des ateliers culturels mais aussi linguistiques; « c’est ce qui m’a donné envie de rejoindre cette structure : l’envie de partager ma passion du dessin, de la musique et des arts en général ».

Pourquoi faire un SVE ?

Confiante et enthousiasmée par le projet, Aubrée s’est intéressée au Service volontaire européen très tôt déjà. « J’ai connu ce programme de mobilité par la grande sœur d’une amie qui avait elle-même fait un SVE. J’ai fait les démarches après mon bac mais cela n’a pas aboutit. Alors j’ai de nouveau tenté ma chance après ma L3 et cela a fonctionné » raconte-t-elle.

Des idées plein la tête, la jeune sarthoise imagine déjà son quotidien en Lettonie où elle « aimerait bien faire des ateliers sur l’histoire mais adaptés aux enfants. Cela correspond à mon souhait de devenir médiatrice culturelle à l’avenir » et si c’est possible « j’espère organiser des ateliers créatifs autour du bricolage, des peintres et de la culture française ».

Le plus dans sa candidature ? « Je leur ferait découvrir les crêpes ! J’ai travaillé dans une crêperie bretonne alors je connais tout de la vraie recette des crêpes maintenant ! »

Grâce à ce dispositif Erasmus+, Aubrée combinera plusieurs de ses attentes, à savoir : apprendre dans un environnement non formel, voyager et s’enrichir d’une autre culture, rencontrer de nouvelles personnes et mieux connaître l’Europe !

 

* Les Pays Baltes dont la Lettonie n’ont toutefois jamais volontairement intégré l’Union Soviétique, ils ont été illégalement incorporés par l’invasion militaire de 1940 et l’annexion par la suite. De plus, cette annexion n’a jamais été reconnue par la France.

 

Article mis à jour le 14/09/2017